Pourquoi le sommeil est-il si important pour le corps et l’esprit ?

Waarom slaap zo belangrijk isNous l’entendons dire depuis la plus tendre enfance : dormir suffisamment est essentiel pour la santé. Mais pour quelle raison précisément ? Et que se passe-t-il si nous ne dormons pas assez ? Découvrez la réponse ici.

 

 

 

Un besoin naturel

Les chercheurs ont sans aucun doute passé de nombreuses nuits blanches à tenter d’expliquer, sans y parvenir jusqu’ici, pour quelle raison l’homme dort. Il est établi que l’on a besoin de dormir pour fonctionner correctement, tant au niveau physique que mental. Dormir est donc important pour permettre au corps et à l’esprit de se régénérer.  

Durant le sommeil, vos muscles se remettent en effet de tous les efforts qu’ils ont fournis et peuvent se détendre totalement. Votre cerveau traite quant à lui tout ce que vous avez vécu et qui a laissé une impression. D’innombrables processus automatiques se déroulent dans le corps durant le sommeil. La quantité d’hormones du stress diminue, alors que les hormones de croissance augmentent.

Que se passe-t-il si nous ne dormons pas assez ?

Un sommeil suffisant permet à votre corps d’exécuter correctement des tâches cognitives, comme parler, mémoriser et réfléchir de manière flexible. Lorsque vous manquez de sommeil, se concentrer et réfléchir devient moins évident. Votre corps doit fournir trop d’énergie pour rester éveillé, de sorte qu’il reste moins d’énergie pour votre cerveau. Le risque de commettre des erreurs augmente considérablement, avec d’éventuelles conséquences catastrophiques dans le trafic par exemple.

Le manque de sommeil exerce aussi un effet immédiat sur vos émotions. Vous êtes plus rapidement d’humeur grincheuse et plus susceptible. Il est aussi plus difficile de reconnaître les émotions des autres.

Le manque de sommeil influence également l’évolution de l’obésité. Votre corps secrète en effet trop peu d’hormones générant une sensation de satiété, ce qui vous incite à manger davantage.

Il est évident que le manque de sommeil exerce un impact important sur votre santé. Une étude parue dans la revue professionnelle Sleep en 2010 démontrait déjà que les petits dormeurs présentaient même un risque accru de décès précoce.

Que se passe-t-il si nous dormons trop ?


Vaut-il donc mieux dormir beaucoup ? En fait, non. Le manque de sommeil est tout aussi néfaste que l’excès de sommeil. Des scientifiques finnois sont en effet parvenus à la conclusion que trop dormir avait les mêmes effets négatifs sur votre corps que le manque de sommeil.

Les raisons possibles des troubles du sommeil

Les besoins de sommeil diffèrent d’une personne à l’autre. Pour ne pas mettre votre corps en danger, essayez dans la mesure du possible de respecter un temps de sommeil de minimum 6 heures et de maximum 9 heures par nuit.

Trouver un sommeil réparateur ou suffisant n’est cependant pas donné à tout le monde. Qui plus est, près d’un tiers des Belges se plaignent de troubles du sommeil et, en particulier, de manque de sommeil ou d’insomnie. Mais qu’est-ce qui nous empêche de profiter d’une bonne nuit de sommeil ?

    • Les phobies, les angoisses et la dépression peuvent également vous tenir éveillé(e).
    • On voit par ailleurs apparaître une tendance au « manque de sommeil conditionné » : dès que vous êtes éveillé(e), vous commencez à ruminer, ce qui vous empêche de vous endormir et aboutit finalement à un schéma dans lequel vous n’associez plus votre lit à un sommeil réparateur, mais à un sommeil agité et à l’insomnie.
  • Les causes médicales
    • Comme l’apnée du sommeil, les jambes sans repos, des crampes désagréables, la douleur et même les médicaments. Ne manquez pas de consulter la notice de vos médicaments pour vérifier si l’insomnie peut y être liée.
    • La perturbation du biorythme
    • Notre rythme biologique sommeil-éveil peut être perturbé notamment par les voyages (jetlag) et le travail en pauses.
  • Les facteurs biologiques
    • Sur certains aspects, nous n’avons aucune prise, comme l’âge, par exemple. En vieillissant, la structure du sommeil change automatiquement. Les hormones peuvent également apporter des perturbations profondes.

Quelques conseils pour mieux dormir

Avant de recourir aux médicaments, il est important de vérifier si toutes les conditions de base pour un sommeil réparateur sont réunies.

  • Conditions de base externes :
    • Veillez à disposer d’un matelas de qualité et d’un oreiller qui offre un bon soutien.
    • Aérez votre chambre et ne la chauffez pas trop (la température idéale est de 18 °C).
    • Occultez la pièce et tentez de l’isoler des bruits extérieurs.
  • Conditions de base internes :
    • Régularité : allez toujours dormir à la même heure et réglez votre réveil sur une heure fixe.
    • Veillez à vous détendre avant d’aller dormir et évitez, par exemple, de travailler jusqu’au moment du coucher. Votre cerveau est alors beaucoup trop actif et la lumière émise par votre ordinateur portable ou votre lampe de bureau freine la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil. Sa production devrait atteindre son paroxysme juste avant d’aller dormir, mais elle sera freinée tant que vous êtes exposé(e) à une source de lumière (la lumière du jour, une lampe puissante, la télévision, votre smartphone, tablette, ordinateur…).
    • Pratiquez une activité physique suffisante la journée, mais pas juste avant d’aller dormir.
    • Veillez à une alimentation équilibrée et évitez les substances toxiques, comme l’alcool et la nicotine. Mieux vaut également éviter de consommer la caféine dont l’effet stimulant perturbe notamment le rythme sommeil-éveil. Saviez-vous par ailleurs que l’on trouve de la caféine non seulement dans le café et le cola, mais également dans le thé et le chocolat ?

Quelles solutions (professionnelles) existe-t-il ?

Si vous ne parvenez pas à mieux dormir en modifiant les conditions de base, le problème se situe peut-être ailleurs. Dans ce cas, une étude du sommeil au laboratoire du sommeil pourra vous aider à en identifier la cause et à trouver la solution appropriée. Solutions possibles :

  • Stage de sommeil
    Chez 8 patients sur 10 qui suivent un stage du sommeil le trouble du sommeil diminue considérablement.
  • Somnifères
    17 % des Belges utilisent des somnifères. Un chiffre trop élevé : les somnifères traditionnels, lesdites benzodiazépines, provoquent une accoutumance importante et entraînent également de nombreux effets indésirables. Limitez leur utilisation à deux semaines maximum. Des symptômes de sevrage peuvent apparaître par la suite.
  • Somnifères alternatifs
    Les somnifères alternatifs sont généralement d’origine naturelle et peuvent vous aider à vous détendre et à améliorer votre sommeil. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à votre pharmacien afin de traiter efficacement la cause de votre trouble du sommeil.

Derniers articles

Laissez un commentaire

Contacteer ons

Heeft u een vraag? Aarzel niet om ons te contacteren.

Not readable? Change text. captcha txt
Avena SativaSlapen met kruiden